La fourmi est un animal qui impressionne sur de nombreux aspects, et nous les hommes avons beaucoup à apprendre d’elle. Et si nous faisons en sortes que cet apprentissage se fasse dès le plus jeune âge ? Certaines écoles n’ont pas attendu cet article pour organiser des séances d’observation de fourmis. Et la plupart en font un retour plutôt positif.

Une véritable leçon de nature

On n’a toujours pas besoin d’amener toute une colonie dans sa fourmilière artificielle en classe pour la faire observer par ses élèves. Il n’y a rien de plus naturel qu’aller à la rencontre des fourmis dans leur milieu naturel. Il pourrait y en avoir dans la cour de votre école, ou du moins, dans le voisinage. Vous n’aurez qu’à organiser une petite expédition pour suivre une lignée de fourmis qui s’active pour amener des petits bouts de biscuit, de pain ou de sucre vers leur nid. C’est le moment d’expliquer à vos élèves que c’est grâce aux dépôts des phéromones qu’elles ont laissées elles même ou que les autres ont laissé que ces fourmis peuvent trouver leurs nourritures. Vos petits apprentis scientifiques ne pourront que se délecter du spectacle.

Symbole de l’ouverture aux autres

Si vous n’avez pas des certitudes sur l’existence d’une fourmilière dans la cour de l’école ou ses environs, pensez à faire concourir parents, élèves et voisins à votre projet. Les parents pourront ainsi fabriquer ou d’acheter une fourmilière artificielle et cela constituera déjà une activité vous permettant de favoriser une bonne relation entre eux. Les voisins, eux, auront sûrement une idée sur un endroit où vous pourrez vous procurer une colonie, sauf si vous décidiez d’acheter des fourmis auprès d’un site Internet spécialisé. Une façon déjà de démontrer aux élèves l’importance de l’ouverture aux autres pour la réalisation de n’importe quel projet.

Faire adopter une démarche scientifique aux élèves

Dans les écoles, on a souvent l’habitude d’apprendre aux élèves à faire comme leurs autres et à apprendre des expériences de leurs prédécesseurs. Cela est déjà bien, mais n’est pas suffisant pour leur inculquer le bon état d’esprit pour trouver eux-mêmes les solutions à leurs questionnements d’ordre scientifique. leur permet justement de procéder à la manière des scientifiques. Chaque séance sera l’occasion pour leur laisser exprimer des hypothèses sur ce qu’ils voient, concevoir des dispositifs expérimentaux pour les valider et pour effectuer les expérimentations indispensables. En faisant cela, vous les apprendrez à trouver eux-mêmes les réponses à leurs questionnements.

Former une communauté de savoirs

Tout le monde est né scientifique. Vous n’y croyez pas ? Il suffit d’observer les enfants de 2 à 5 ans qui vous entourent. Ils n’arrêtent pas de poser des questions sur ce qu’ils voient. La plupart du temps cependant, nous ne les aidons pas à trouver une meilleure réponse, préférant même détourner la conversation. Au fil des ans donc, le scientifique qui se trouve en nos enfants laisse place à quelqu’un qui veut obtenir facilement les réponses à ses questions de la part des autres. Cela ne veut cependant pas dire qu’avec la myrmécologie, on apprend aux enfants à ne pas prendre en considération les avis des autres, bien au contraire. Il s’agit surtout de leur apprendre qu’un engagement scientifique implique également la nécessité de la mise en commun des savoirs individuels.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici